L'art se fait partout, il suffit de le voir

La passion de Lisa Blatter pour le cinéma ne date pas de hier. Mais il a fallu de nombreux détours pour parvenir à son premier film. En 2003, Lisa découvre le festival du court métrage de Winterthour lorsqu’elle est encore en formation pour devenir professeure de dessin.

C’est un tournant et le début de sa carrière de cinéaste: de voir comment la musique et l’image se joignent pour raconter une histoire suscite son enthousiasme. Elle aime le processus créatif de la fabrication d’un film. «J’apprécie travailler en mode analogique: je rédige mes idées dans un livre et crée des collages avec des photos découpées dans des magazines». Les dialogues de la vie quotidienne, des discussions avec ses amis et l’observation des gens autour d’elle sont ses sources d’inspiration. Ainsi prennent forme les premiers personnages et la trame. 

Son dernier film, «Skizzen von Lou (Esquisses de Lou)» montré au Zurich Film Festival et aux Journées cinématographiques de Zoug, c’est fait de cette manière. Il parle de liberté et du fait qu’une fois atteinte, on désire finalement autre chose. Lisa Blatter a également intégré dans ce film des histoires personnelles qui traitent de la liberté ressentie lorsqu’on est constamment en route.

Les sociétés de gestion ont une influence sur le processus créatif, car elles soutiennent les artistes comme Lisa Blatter. «Ce soutien a été très important pour moi. D’une part, on a besoin d’aide financière pour avancer dans les projets. D’autre part, c’est encourageant de savoir que quelqu’un défend les droits des artistes. De plus, je peux m’adresser à SUISSIMAGE quand j’ai des questions concernant des contrats ou des négociations salariales», raconte Lisa Blatter.

En tant que cinéaste, Lisa Blatter voue une affection particulière aux salles de cinéma, mais elle apprécie tout autant les offres en streaming sur Internet. «Il y a de nombreux films que je n’ai pu voir qu’en ligne, car ils n’ont pas été distribués dans les cinémas suisses. Cela vaut donc la peine de payer une somme adéquate pour le visionnement en ligne, qui apporte un soutien à tous les cinéastes. Les salles de cinéma ne disparaîtront pas pour autant, il y aura toujours de gens qui apprécient leur atmosphère particulière».

Le prochain film de Lisa Blatter, «Puppen und Krieger (Poupées et guerriers)», se déroule à Zurich et parlera d’un homme devenu amnésique. Elle tient à montrer l’aspect fragile de son personnage principal, chose inédite pour elle. Nous sommes impatients de découvrir sa nouvelle œuvre; les éléments de thriller et le suspens de l’histoire sont prometteurs!

Texte/Photos: Offir Possu Estay